menu
menu
menu
menu
menu
menu
menu
menu
menu

Search

19/09/2008 - Le Statec invente la machine culpabiliser (n° 713)

Qui est responsable de l’inflation ? Dans le doute : eh bien, un peu tout le monde. Autant dire personne. Nos statisticiens du STATEC se chargent de la besogne qui consiste à ancrer cette propagande dans nos cerveaux. Et du coup à brouiller les pistes.

Lors d’un récent séminaire où des journaleux incultes se faisaient expliquer la notion d’inflation (lire à ce sujet le compte-rendu critique, une fois n’est pas coutume, du Tageblöd du mardi 16 septembre), le nuisible directeur du STATEC a prétendu que le pouvoir d’achat ne baissait aucunement. Que contrairement à ce qu’elle ressentait pourtant très concrètement dans son porte-monnaie, la ménagère pouvait acheter davantage avec ses sous.

Mais nos astrologues de la statistique ont fait plus fort. Incroyable mais vrai, ils ont mis au point un « simulateur personnel d’inflation », consultable sur Internet… à condition d’avoir du temps à perdre. (Rappelons à toutes fins utiles que, pour magouiller ses statistiques et fignoler ce genre de joujous, le STATEC est financé par les deniers publics, donc là aussi par un peu tout le monde….) Internet offrait déjà la possibilité de se rincer l’œil sur des sites porno, de s’abrutir de propagande nazi ou de se faire piquer le numéro de carte de crédit : il est désormais devenu possible, grâce au STATEC, de calculer son apport personnel à l’inflation. Tu fais le plein d’essence, tu vas chez le coiffeur, tu paye ton loyer, et hop ! voilà que tu viens de produire de l’inflation au-delà de la moyenne. T’es chômeur et tu consommes que dalle, et hop ! tu passes en dessous du taux d’inflation.

 

Culpabilisation de l’individu

 

En somme, toi, moi, nous tous, on est res-pon-sable de la hausse des prix et, par conséquent, de la baisse de notre pouvoir d’achat (qui, en fait, augmenterait sans qu’on s’en soit aperçu…). Notamment à cause du scandale qu’est l’indexation automatique des salaires, ajouterait volontiers le très gauche caviar président de la banque centrale (sans toutefois préciser l’apport à l’inflation de tous les zéros qui alourdissent sa propre fiche de paie…).

Voilà donc un instrument qui rappelle méchamment cet autre gadget à la mord-moi-le-nœud vous permettant de calculer votre « empreinte écologique », c’est-à-dire votre contribution individuelle au réchauffement climatique (selon que vous utilisiez votre bagnole ou votre vélo sur x kilomètres pour aller au boulot, que vous vous torchiez les fesses avec du papier-cul recyclé, etc.).

Le genre de bricole qui, mine de rien, exploite à fond le mécanisme de culpabilisation de l’individu, tout en occultant la responsabilité des grosses industries pollueuses (dans le cas du changement climatique), celle des banques et autres institutions financières (dans le cas de l’inflation), ainsi que la responsabilité de la politique (dans tous les cas). Ton pouvoir d’achat diminue, c’est de ta faute ! Le pôle nord fond à vue d’œil, t’avais qu’à bien séparer tes déchets ! T’es au chômage : t’es qu’un sale fainéant !

                                                                                                           

KROP DER EN ABO, SOSS KROOPT DÉCH DEN ABBÉ

abonnéieren